Sonia Tarnawski est intervenue le 23 octobre dans le CAS SIPOL. Elle y a présenté les conditions d’utilisation de la microbiologie pour évaluer le potentiel d’assainissement d’un site par biostimulation ou atténuation naturelle. Sa présentation était illustrée par le cas d’un ancien site horloger contaminé aux hydrocarbures chlorés du canton de Jura.